Une nouvelle arme contre la bilharziose

Les crevettes !

Parasitose la plus répandue au monde après le paludisme, la bilharziose menace chaque année 600 millions de personnes et fait 300 000 morts /an.

Une ONG française a constaté, dans certaines rivières du Sénégal, une recrudescence de la bilharziose après la construction de barrages destinés à limiter la remontée des eaux salées à l’intérieur des vallées fluviales. Parallèlement, les pécheurs avaient remarqué la disparition de certaines crevettes qui ont besoin d’eau saumâtre pour se reproduire.

On en déduisit que les crevettes détruisaient les mollusques hôtes intermédiaires des schistosomes. Or, en laboratoire, des chercheurs américains ont observé qu’une espèce de crevette d’eau douce était un prédateur naturel de ces escargots.

Grâce à la collaboration d’équipes sénégalaises, françaises, israeliennes et américaines, une expérience vient d’être menée au Sénégal, en introduisant de façon massive ces crevettes géantes, mesurant 18 cm à l’âge adulte et disposant de pinces puissantes capables de briser les coquilles des mollusques.

Après 18 mois d’observation, les chercheurs ont constaté une réduction de 80 % du nombre des escargots infectés, ainsi qu’une diminution de 50 %des personnes contaminées  par rapport aux villages témoins.

Devant ces résultats encourageants, un élevage intensif de crevettes a démarré pour confirmer ces expériences à grande échelle.

Par Philippe Reinert, pédiatre, Créteil, France

Ref : G. Riveau. Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS) Juillet 2015.