L'échographie pour les soins de santé primaires

Olivier Bismuth, médecin généraliste

L'échographie est-elle devenue un outil de base pour les soins de santé Primaire ?

Dans l'optique des soins de premier recours, que cela soit par un médecin généraliste périphérique exerçant en milieu rural ou dans les faubourgs de grandes villes, ou que cela soit par des sage-femmes ou des infirmiers de dispensaires, la disponibilité et l'utilisation d'un échographe est de plus en plus envisagée.
Ainsi dans MSF infos, la revue de communication pour les donateurs de Médecins Sans Frontières, on apprend que dans l'hôpital d'Aweil au sud Soudan, a été mise en route, depuis 2017, l'utilisation de la technologie POCUS (Point-of-care Ultrasound), qui permet d'effectuer des échographies à l’aide d’une sonde à ultra-sons branchée à un ordinateur ou une tablette.

Les avancées technologiques contribuent à développer cette technique à travers des appareils POCUS de plus en plus petits et maniables, permettant de réaliser des échographies au lit des patients ou en dehors des hôpitaux, par exemple dans des ambulances.

Leur utilisation s'avère évidente en suivi de grossesse, en prepartum, mais aussi pour les pathologies pulmonaires (dépistage d'une pneumonie permettant une meilleure prise en charge et une meilleure gestion de l’utilisation des antibiotiques) ainsi que pour l’identification des pathologies cardiaques.

Ces échographies sont pratiquées par des médecins mais aussi par des sages-femmes et d'autres agents paramédicaux.
Une formation initiale et continue adaptée est indispensable, concevable sur des affections ciblées.