Les vaccins du PEV à son origine

Pierre Saliou, vaccinologue, GISPE

Il convient de rappeler qu'à son origine, le Programme Élargi de Vaccination (PEV) a été mis en place pour lutter contre 6 maladies meurtrières dans la petite enfance et bénéficiant d'un vaccin efficace : la tuberculose, la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche et la rougeole.

1. La tuberculose

Endémie majeure mondiale dont l'incidence est en augmentation du fait de l'extension de l'épidémie de SIDA, elle peut être prévenue par un vaccin, le BCG (bacille bilié de Calmette et Guérin). Rappelons qu'il est efficace essentiellement contre les méningites tuberculeuses et les miliaires à condition qu'il soit administré avant tout contact avec un bacille tuberculeux. C'est la raison pour laquelle il doit être appliqué le plus tôt possible après la naissance dans les pays de forte endémicité.
Le BCG est un vaccin vivant atténué qui s'administre par voie intradermique stricte afin d'éviter des complications locales (abcès) ou loco-régionales (adénopathies pouvant s'ulcérer).

2. La poliomyélite

Contre la poliomyélite, due à 3 types de virus, il existe 2 vaccins trivalents : un vaccin vivant atténué (Sabin) administrable par voie orale (VPO) et un vaccin inactivé (Salk) injectable (VPI). Le vaccin de choix du PEV est encore actuellement le VPO.

3. Le tétanos

Le tétanos (T), maladie dont la gravité est due à une exotoxine de la bactérie responsable, Clostridium tetani, qui diffuse dans l'organisme, est encore beaucoup trop répandu dans le monde alors qu'il peut être prévenu par un vaccin très efficace, l'anatoxine tétanique.

4. La diphtérie

Il en est de même de la diphtérie (D) dont l'exotoxine de la bactérie responsable, Corynebacterium diphteriae, peut être neutralisée par les
anticorps dont la formation est induite par l'anatoxine spécifique qui constitue également un vaccin très efficace.

5. La coqueluche

Contre la coqueluche (C), due à une bactérie, Bordetella pertussis, le vaccin à germes entiers inactivés est encore d'utilisation quasi-généralisée dans les PEV. Son efficacité est moindre que celle des anatoxines, mais il permet d'éviter les formes mor¬telles de coqueluche des nourrissons. A terme, il devrait être remplacé par un vaccin dit "acellulaire" car il ne contient que des sous-unités antigéniques de la bactérie, en particulier l'anatoxine pertussique dont l'intérêt majeur est de pouvoir être utilisé en rappel chez les grands enfants sans risque de complications neurologiques. Mais, pour l'instant, les rappels ne s'imposent pas dans de nombreux pays.
Les vaccins DTC sont présentés sous forme d'une combinaison vaccinale s'administrant, rappelons le, à 6, 10 et 14 semaines de vie.

6. La rougeole

La rougeole est une maladie virale bénéficiant d'un vaccin vivant atténué efficace après une injection, à condition que les anticorps maternels transmis aient totalement disparu. La vaccination à 9 mois dans le PEV est donc un compromis, car certains enfants possèdent encore à cet âge des anticorps maternels, mais beaucoup d'autres sont déjà réceptifs et exposés aux épidémies.

Développement et Santé, n°195, 2009